Home >> Le débit expiratoire maximal ne permet pas de prédire l’exacerbation de l’asthme

Le débit expiratoire maximal ne permet pas de prédire l’exacerbation de l’asthme

Question La mesure du débit expiratoire maximal permet-elle de prédire les exacerbations asthmatiques? Une étude contrôlée randomisée a été réalisée dans un cadre intéressant: 36 pharmacies réparties sur une zone géographique pour étudier l’effet des soins dispensés par les pharmaciens aux patients asthmatiques. Randomisés par la pharmacie, les patients ont reçu soit un débitmètre de pointe avec des instructions du pharmacien sur la façon de l’utiliser, un débitmètre de pointe avec des instructions écrites, ou les soins habituels (aucun moniteur de débit de pointe donné). Les 660 patients ont été évalués à l’inclusion et à 6 et 12 mois en utilisant le questionnaire de qualité de vie spécifique à l’asthme de McMaster et le débit expiratoire maximal de pointe (PEFR). On a également téléphoné aux patients tous les mois pour obtenir leur mesure du taux de retour et l’information sur les visites récentes au service des urgences et les hospitalisations. Au cours du suivi, 13% des patients ont présenté au moins une exacerbation de l’asthme. Un PEFR de moins de 50% de la valeur prédite au départ a prédit une exacerbation au cours des 12 mois suivants, mais le changement dans le taux de croissance résiduelle n’était pas un meilleur prédicteur indépendant que les scores de qualité de vie. En revanche, les scores de qualité de vie étaient indépendamment prédictifs d’une exacerbation à quatre mois (hazard ratio 0,63, intervalle de confiance à 95% 0,46 à 0,87) et 12 mois (hazard ratio 0,66; 0,54 à 0,82).Conclusion La mesure de routine du débit expiratoire de pointe ne permet pas de prévoir les exacerbations ultérieures de l’asthme anévrisme. Par conséquent, la mesure de routine de la fonction pulmonaire de cette manière n’est pas utile. Un débitmètre de pointe a un rôle dans la gestion de l’asthme, mais la vérification ponctuelle dans le bureau, autre que d’évaluer la technique, n’est pas utile. Niveau de preuve 1b (voir www.infopoems.com/levels.html). Étude de cohorte initiale avec > 80% de suivi; ou une règle clinique non validée sur un deuxième groupe de patients.