Home >> Les drapeaux du rapport augmentent en flèche chez les enfants prenant des antipsychotiques

Les drapeaux du rapport augmentent en flèche chez les enfants prenant des antipsychotiques

Selon PBAC, «l’augmentation» pourrait être due aux achats sur ordonnance et à l’utilisation non conforme

Selon un rapport du Comité consultatif sur les avantages pharmaceutiques (PBAC), la consommation de médicaments sur ordonnance et l’utilisation non indiquée sur l’étiquette peuvent être à l’origine d’une augmentation du recours aux antipsychotiques atypiques chez les enfants australiens.

Le rapport du sous-comité sur l’usage de drogues de PBAC montre une augmentation globale de 54% des prescriptions de la rispéridone, de la quétiapine et de l’olanzapine entre 2008 et 2011.

Les scripts de la quétiapine ont augmenté de 138%, suivis de la rispéridone (46%) et de l’olanzapine (8%).

Les changements apportés aux critères de diagnostic du TPL, qui permettent une plus grande utilisation des antipsychotiques, associés à la croyance que les antipsychotiques atypiques sont plus sûrs et plus faciles à utiliser dans ces groupes d’âge, pourraient expliquer certaines des augmentations, selon le rapport.

Mais le magasinage sur ordonnance et l’utilisation hors AMM pourraient également jouer un rôle, en particulier dans le cas de la quétiapine. L’utilisation plus élevée que prévu de quetiapine 25mg pourrait être due à une utilisation non indiquée pour l’insomnie comportementale et / ou le TDAH, suggèrent les auteurs du rapport.

D’autres utilisations non approuvées comprennent la sédation aiguë, l’insomnie associée à des troubles psychiatriques non psychotiques, l’anorexie mentale et la rage explosive.

“Une telle utilisation qui n’est pas conforme aux listes de PBS ou aux indications approuvées par TGA est particulièrement préoccupante puisqu’aucune évaluation des risques et des bénéfices n’a été réalisée.”

Plus de 13 000 enfants âgés de 0 à 19 ans prennent au moins un antipsychotique atypique, estime le rapport.

Ceux-ci comprennent plus de 100 nourrissons âgés de 0 à 4 ans qui prennent de la rispéridone, bien qu’on ne sache pas clairement pourquoi le médicament serait prescrit chez les enfants si jeunes.